J’ai arrêté de fumer du jour au lendemain.

Toutes mes félicitations à moi. Après avoir enchaîné les cigarettes pendant environ 20 ans, j’ai arrêté de fumer. Et pour être honnête, stopper le tabac du jour au lendemain n’a pas été si difficile.



On va mettre les choses au clair dès le début :

  • Je ne vais pas faire la morale sur les méfaits du tabagisme un peu comme certains vegans qui bouffent de la viande toute leur vie et une fois qu’ils ont suivi la mode du vegan vont font la morale lorsque vous avez tué un moustique en pleine Amazonie. Moustique qui peut vous tuer;
  • Je vais me la péter parce que je suis fier d’avoir arrêté de fumer;
  • J’ai commencé la cigarette à 12 ans et j’ai arrêté il y a de ça 5 mois et demi.
  • Je n’ai pas eu besoin de substitut nicotiniques et je n’ai pas eu besoin de cigarette électronique.

Arrêter de fumer facilement

Arrêter de fumer c’est facile !

Alors oui et non. Selon mon expérience, ça a été plutôt facile, mais ça dépend de tout un tas de facteurs :

  • Le nombre de cigarettes que vous aviez l’habitude de fumer. (J’en fumais environ 7 par jours).
  • Le nombre d’années que vous avez passé à fumer.
  • Votre mental général. Comme le dit mon médecin qui est aussi addictologue à l’hôpital de Strasbourg, vous arrêtez quand vous le décidez. Alors oui, ça peut paraître con et facile à dire. Ce qu’il entend par là, c’est qu’il faut une sorte de déclic dans la tête pour pouvoir arrêter. Ce déclic peut venir inconsciemment ou consciemment. En ce qui me concerne, j’ai utilisé une technique que j’ai apprise pour combattre une phobie.
  • Votre façon de vous y prendre. Si vous êtes intéressé, je vous livre après quelques techniques pour vous aider à arrêter de fumer. Attention, en aucun cas, je vous dis que cela vous permettra d’arrêter de fumer. En revanche, ça pourrait vous aider.

Quand je dis que mettre fin à cette mauvaise habitude est facile, ça n’est pas tout à fait exact. Toutes les personnes avec qui j’ai parlé et qui ont arrêté de fumer arrivent à la même conclusion : arrêter de fumer c’est plus facile que ce qu’on l’imagine.

Quoi qu’il en soit, vous n’échapperez probablement pas aux étapes de merde.

Les différents stades de sevrage après l’arrêt du tabac.

Plus facile ne signifie pas sans difficulté. On dit généralement que le plus difficile sont les trois premiers jours et les mois qui viennent. Ouais en gros c’est toujours dur ?

Pour ma part, ce fut la première semaine avec un seul mot d’ordre : la colère.

Je retiens bien une symptôme négatif de mon arrêt du tabac, ce fut la colère qui m’envahissait pour la moindre petite broutille notamment en voiture. La nicotine est votre ennemie.

On peut aussi avoir un sentiment que la vie n’a aucun sens, que l’on s’estime dénué d’un appareil à bonheur. Qu’en quelques sortes la cigarette fut notre meilleure amie et qu’il n’y a qu’avec elle qu’on passait de merveilleux moments de réconfort, de soulagement ou je ne sais quoi d’autres. Ce genre de désagrément a disparu rapidement.

Vous vous doutez bien que le sentiment de bonheur que peut procurer la cigarette n’est qu’une illusion.

Une sensation de bien-être illusoire.

La nicotine, c’est Satan. C’est vraiment Satan. C’est un peu une prostituée qui va tout faire pour coucher avec toi et à la fin elle va te refiler une chaude pisse.

Le principe est simple et je vais même vous l’illustrer juste après.

Comment agit la nicotine sur votre corps ?

En gros, c’est simple. On imagine une ligne de bien-être. C’est le moment où vous vous sentez vraiment bien.

La nicotine, elle, va faire chuter ce moment de « bonheur » quand vous ne fumez pas. Ce qui fait que vous vous retrouvez en-dessous de votre niveau de bonne humeur. Et lorsque vous fumez, la nicotine satisfait le désir illusoire qu’elle a ancré dans votre cerveau. Par conséquent, vous vous sentez « bien ».

Cependant, si on regarde bien, vous êtes toujours en-dessous de cette ligne du bien-être à part pendant les 3 minutes où vous fumez votre cigarette. Vous vous sentez toujours en quête de quelque chose quand vous êtes fumeur. Comme un désir insatiable et inextinguible.

Pourquoi ce désir inextricable (oui, je peux vous en sortir des adjectifs) ? Tout simplement parce que le bonheur que vous croyez éprouver en fumant n’est qu’une illusion.

N’hésitez pas à consulter mon schéma bordélique. Vous aurez besoin de deux ou trois jours pour le comprendre.

Arrêter de fumer nicotine et dépendance

Pour résumer,

  • quand pas de nicotine dans corps = sentiment d’être une merde.
  • quand nicotine dans corps = on remonte la pente descendu mais on la redescend aussitôt la cigarette finie.

Ça peut paraître vachement évident. Mais il faut s’en rendre compte. Le déclic ! En psychologie, on conseille parfois d’écrire pour réaliser. Aussi évident que cela puisse être.

Changer sa vision sur l’arrêt de la cigarette.

Certes, la cigarette est mauvaise pour la santé. Tous les fumeurs savent que la cigarette est néfaste pour la santé et pourtant ils fument.

Certes, la cigarette coûte cher. Là aussi, tous les fumeurs savent que la cigarette coûte chère et ils fument. Qu’ils sont cons ces fumeurs, non ? Manifestement, pas tant que ça.



La prise de conscience.

Je me suis basé sur la technique d’Allen Care et en plus, j’ai utilisé mes peurs pour faire encore plus fonctionner le bazar.

Tout d’abord, elle lisant cette page, j’ai appris des choses. Et puis, ça a réussi à me dégoûter un peu plus de la cigarette. Je précise à nouveau que ça a fonctionné sur moi et je pense que ça peut fonctionner pour ceux qui font un tant soit peu attention à leur santé. On croit toujours que le cancer n’arrive qu’aux autres et le jour où … (Tais-toi Jérôme, tu avais dit que tu ne ferais pas de moral à deux balles).

  • 2. Les thunes… J’ai fait les comptes et c’est pas reluisant.En effet, économisez 100 balles par mois, c’est pas dégueulasse. Ça, ça va vite. J’ai signé un pacte avec moi même. Je me suis acheté un beau cadeau. Un contrat de conscience. Le budget du cadeau remplace une partie du budget cigarette. Le reste, c’est pour le sport. Récompensez-vous ! Si la cigarette et la nicotine fonctionne à la récompense. J’entends par là que la nicotine vous récompense de fumer, faites de même pour arrêter de fumer. Votre cerveau observera plus facilement le plaisir d’arrêter de fumer et ce sera plus facile.
  • 3. Au-delà de tout ça, il y a ma fainéantise. De ce fait, j’ose affirmer que ma fainéantise m’a sauvé la vie.  Je déteste devoir réfléchir pour aller acheter des cigarettes, anticiper pour le bureau de tabac les soirs avant que la fermeture ou le dimanche. Je détestais tant devoir prendre la voiture pour aller acheter des clopes. Mais tellement. Ce fut une bonne raison d’arrêter en plus.
  • 4. Je ne voulais plus me sentir esclave. J’en avais marre de me sentir esclave de ça. Se sentir enchaîner par quelque chose de positif c’est différent de se sentir esclave de quelque chose de destructeur.

Par exemple

Devoir fumer sa cigarette du matin. Je dis bien « devoir » car parfois (pas tout le temps), on n’a pas envie de fumer à nos horaires habituels et pourtant, on le fait parce que la nicotine nous dit « si tu ne fumes, tu ne te sentiras pas bien. Fume ! Fume ! Fume ! Bougre de con !!!»

Mes conseils pour arrêter de fumer.

  • 1. Consultez un médecin ou au minimum un pharmacien. C’est le première conseil basique que l’on puisse appliquer néanmoins tellement important.
  • 2. Listez vos points faibles.
  • 3. Abusez de vos points faibles. Faites une liste des pour et des contres pour arrêter de fumer que vous garderez sur vous. Les pour et les contres qui vous concerne. Si vous vous foutez complètement de votre santé, je ne dis pas qu’il ne faut pas le marquer sur la liste (ça peut être un déclic) mais privilégiez ceux qui vous tiennent vraiment à cœur.
  • 4. Lisez cette liste quotidiennement. Avant et après avoir arrêté de fumer.
  • 5. Prenez bien conscience que tout ça n’est qu’une illusion. C’est le fruit de ce que vous avez vu dans les films où fumer c’est cool, ça rend beau. Toutefois, Indiana Jones (mon idole) a mille fois plus de charisme et de classe sans avoir la clope au bec que Bénabar avec ses dents noires.
  • 6. À chaque moments que vous avez envie de fumer, c’est la nicotine qui parle. C’est comme une sorte de monstre dans votre ventre qui menace de vous bouffer les entrailles si vous ne fumez pas. Allons, les mecs, vous êtes plus forts qu’une petite bête quand même.
  • 7. Non ! Enfoncez-vous ça bien dans le crâne : vous ne vous ennuierez pas quand vous arrêterez de fumer. Au début, c’est possible.  C’est la raison pour laquelle il est conseillé de changer vos habitudes et de faire du sport.

Exemple

si vous avez l’habitude le matin après le petit déjeuner de fumer votre cigarette avant d’aller à la douche. Foncez directement prendre une douche froide après avoir avalé votre pancake avoine banane.

  • 8. Prenez bien conscience que vous êtes en train de vous sauvez la vie.

Liste des bienfaits que j’ai ressenti quand j’ai arrêté le tabac

  • Le deuxième ou troisième jour après avoir arrêté de fumer, je me sentais hyper bien et gonflé à bloc. C’était excellent. Ça n’est qu’après avoir consulté mon médecin que j’ai appris la raison. En effet, durant cette période le corps évacue le monoxyde de carbone dans votre corps. Ce qui fait que vous êtes bien oxygéné. On est euphorique en plus de la fierté qu’on éprouve. Malheureusement, cette sensation s’estompent. Ça serait trop beau hein.

Heureusement, je suis là pour vous. Il existe la méthode de Wim Hof et notamment ses exercices de respiration pour oxygéner très bien son corps. C’est le top du top pour se sentir bien dans sa peau.

  • Pour la course à pieds, j’ai doublé la distance que je faisais et j’ai amélioré mon temps depuis que j’ai arrêté de fumer.
  • Je suis plus calme. Je suis plus posé.
  • J’ai plus confiance en moi.

Rappel et conclusion

Je rappelle une fois de plus que cet article n’a pas de valeur purement scientifique. C’est mon témoignage et ce sont mes conseils. Des conseils qui sont le résultat de mes recherches et surtout de mes découvertes personnelles en plus des conseils de mon médecin.

Nous sommes le 9 mai 2019. J’ai arrêté de fumer le 21 décembre 2018. Je ne pense quasiment jamais à la cigarette. En revanche, lorsque je sens la fumée d’une personne, j’ai une légère envie de fumer. Heureusement, les gens n’ont pas constamment la clope au bec au Brésil donc ça m’aide pas mal. En attendant, je vais prendre une pause. Sans clope. Manger un fruit et faire du sport.

Salut les mecs.