Faire du sport, un devoir ?

Faire du sport, un devoir ?

Se doit-on de faire du sport ? 

Le monde est divisé en deux parties :

  • les sportifs;
  • les non-sportifs.

Chez les sportifs, il y a les sportifs extrêmes, les sportifs stakhanovistes ou encore les sportifs occasionnels. Dans les non sportifs, on peut par exemple retrouver les non-sportifs découragés, les non-sportifs qui pensent que le sport c’est nul ou encore les non-sportifs qui pense qu’il est trop tard pour en pratiquer. À travers cet article, je vais spécialement m’adresse à ces dernières catégories.

L’art d’assouvir son instinct animal.

Très honnêtement, je n’ai pas de preuve, d’article ou d’étude à vous montrer à propos du sport à notre époque. Cela dit, ma théorie vaut ce qu’elle vaut et je ne pense pas être loin de la vérité.

Au jour d’aujourd’hui… non je déconne (honte à ceux qui ne comprennent pas la faute de langage intentionnelle).

Je pense qu’aujourd’hui, forcé de constater que nous nous sédentarisons de plus en plus. Parfois même, pour certains, c’est être sédentaire sans bouger de sa rue ou même sans bouger de son fauteuil. Seulement, l’homme est un voyageur, il aime bouger, il doit avoir une activité. C’est un acte quasi-primitif cet instinct animal inassouvi qui sommeille en nous. Nous avons donc besoin de pratiquer un sport ou une activité physique pour contrebalancer ce manque d’activité, car les technologies que nous avons développés tout au long de ces années ont considérablement réduit nos mouvements.



Le sport facilite le bien-être physique mais aussi mental.

Ici, il est donc question d’un bien-être général.

Du point de vue physique, vous vous sentirez en meilleur forme, ne serait-ce que pour monter vos escaliers (juste un exemple), dans votre respiration, vos muscles, votre sommeil sera plus réparateur et même votre agilité.

Du point de vue moral, le sport vous permettra de vous libérer de votre stress plus facilement. Lorsqu’on pratique un sport, il se passe comme une sorte de méditation de pleine de conscience : on vit l’instant présent. Je pense sincèrement que le sport permet d’être plus concentré, plus productif et de manière général, plus efficace dans les tâches que nous effectuons quotidiennement ; en plus de sécréter de la dopamine (neurotransmetteur responsable du plaisir).

Auparavant (avant de faire du sport), j’étais le roi du « je remets ça au lendemain » aka la procrastination. Depuis que j’en fais, j’ai arrêté … enfin… je procrastine beaucoup moins. Je me suis discipliné et je peux vous dire qu’il n’y a rien de mieux que de d’auto-discipliner pour gagner confiance en soi.

Si vous faites du sport en club qu’il soit collectif ou individuel, le sport a aussi directement et indirectement une action socialisante. Autrement dit, le sport est créateur de lien social. Donc, si vous voulez vous faire des amis, rien de tel que le sport.

Je suis de nature plus réservé et sur la défensive quand je suis en société. Un peu comme un chat sauvage vous voyez ? Quand je fais du sport en club, je me décontracte. L’ambiance est toujours bonne. Les gens vous mettent à l’aise. Donc au-delà de la plus pure pratique sportive, le sport aide à s’insérer dans la société.

Le sport est anti-stress.

Sport anti-stress, relaxe et antidépresseur

Si vous allez chez le médecin car vous êtes très stressé ou déprimé, le docteur vous posera une question automatiquement (vous pouvez faire le test) :

Faites-vous du sport ?

Certes, ça n’est pas un médicament à proprement parlé. En revanche, on peut le considérer comme un médicament naturel dans le cas du stress et/ou de la dépression en partie grâce à la sécrétion de dopamine qui est le neurotransmetteur de l’hormone du plaisir.

En effet, le sport a une efficacité comparable à celle des antidépresseurs. Il permet de prévenir d’un état dépressif ou lorsqu’il y a dépression, le sport permet de réduire les effets de cette dernière .

Du sport ou des sports ?

Oui, on a des bienfaits prouvés des milliers de fois par des milliers d’études dans le monde entier et ce surtout depuis quelques années.

J’ai une certaine préférence à la pratique de plusieurs sports. Là, il faudrait vous fier à votre caractère. En effet, je suis quelqu’un qui n’aime pas spécialement mettre tous les œufs dans le même panier. Ça peut ainsi convenir à certains. Si vous êtes débutant avec une certaine réticence à la pratique sportive, il serait stupide de vous conseiller de commencer par plusieurs sports. Par conséquent, cela ne ferait que de vous décourager.

Choisissez le sport qui vous attire le plus. Si c’est la danse classique, pratiquez la danse classique!

Le gros avantage de pratiquer plusieurs activités sportives, c’est qu’on développe certaines capacités que l’on aurait pas spécialement eu en pratiquant un seul sport. Le plus important est avant tout de se faire plaisir. #phrasedemerde

Exemple

Je fais de la course à pieds, du yoga et du jiu jitsu brésilien. Pour résumer, je considère la course à pieds et le yoga comme des activités annexes/complémentaires à mon activité principale qui est le jiu jitsu brésilien. La course à pieds me permet d’augmenter mes capacités respiratoires et cardiaques pour le pratique du jjb en somme. Quant au yoga, il me permet d’être plus souple, de me muscler en profondeur, aussi d’adopter un posture plus calme et sereine dans la pratique de mon sport.

Que faire si on n’a pas le budget ?

Effectivement, c’est plus délicat. Honnêtement, je n’ai pas de réponse miracle. J’ai juste des conseils ou suggestions à vous prodiguer.

1. Essayez de vérifier auprès de votre mairie ou conseil régional ou que sais-je encore si vous pouvez bénéficier d’aides afin de financer la pratique du sport que vous désirez.

2. Vérifiez s’il y a un club dans une ville plus proche qui propose des tarifs plus intéressants. Quand je voulais faire du jiu jitsu brésilien à Londres, les tarifs allaient du simple au double. J’ai dû choisir de faire un peu plus de route afin d’économiser au lieu de prendre le club le plus proche.

3. Si vraiment vous n’avez pas un rond ce qui peut tout à fait arriver, retranchez-vous sur des sports « pas cher » comme la course à pieds ou du fitness au poids de cours par exemple (l’application Nike propose de super entraînements que je fais régulièrement).

Faire du sport c’est dire adieu à tout un tas de problèmes et c’est dire bonjour à une nouvelle vie.

Pratiquer un sport ou une activité physique de manière régulière, c’est adopter un nouveau lifestyle que vous le vouliez ou non. C’est une bonne chose. Ne vous en faîtes pas, c’est ou ce sera une bonne chose pour vous si vous adoptez ce nouveau rythme de vie.

Je me suis mis au sport de façon « soutenue » (tout est relatif) en partie suite à un traumatisme et je ne regrette en aucun cas tout ce que j’ai fait.

Je ne bois pas, je ne fume pas, je fais du sport, des balades, des visites, je voyages, je suis cinéphile, je dessine, j’apprends à développer des applications, je vais apprendre le surf au Brésil, je suis un pgm à Fortnite (Lol). Oui bon, hein, on n’a pas tout le temps des occupations ultra-enrichissantes. Et c’est tant mieux comme ça.

Si vous avez le déclic mental qui vous fait dire : j’adopte un nouveau rythme de vie. Il va en découler tout une suite de choses bénéfiques pour vous. Car la pratique régulière du sport implique un cheminement et une façon général de penser.

Je vais encore donner mon exemple (une partie de mes amis ont eu la même expérience).

Quand j’ai commencé à faire régulièrement du sport (à partir de 3 fois par semaine et plus), j’ai adopté un changement dans ma nutrition, ma consommation d’alcool, mes activités. C’est pour ces raisons que j’ai commencé à faire des randonnées. Je me suis peut-être rendu compte que la vie est précieuse. Tant dans les relations humaines que dans les relations qu’on peut entretenir entre soi-même et notre corps.

Dernier conseil

Le sport ne doit pas non plus devenir une obsession maladive. Ça ne doit pas avoir l’effet inverse. On parle dans ce cas de bigorexie.



La pratique d’un sport doit être un moyen de passer du bon temps seul ou en équipe. Cela ne doit pas être générateur de stress.

Parfois, c’est aussi le cas des salles de sport qui peuvent générer un sentiment d’infériorité dans un temple narcissique le sport est pratiqué parfois (trop souvent) pour l’aspect esthétique et non en tant que tel.

JUST DO IT !

Run happy smiley jaune dessin